Paul Dufau - GEM

Paul DUFAU (1898-1982). Retrospective.

Né le 21 février 1898 à Villeneuve-sur-Lot, Paul DUFAU est placé dès l'âge de huit ans pour travailler chez sa tante et son oncle Dufau dans la ferme qu'il occupera plus tard à Monflanquin au lieu-dit « Cat du Mayne». Le soir, à la lueur de sa lampe à pétrole, il dessine déjà et persévérera dans ce domaine pendant toute sa vie.

A vingt-deux ans, remarqué pour ses talents artistiques par Georges Leygues, villeneuvois d origine devenu ministre de la llle république, il monte à Paris où la vie insouciante et les rencontres faciles influencent fortement son oeuvre : les femmes, belles, aguichantes, parfois dénudées, l 'inspirent surtout.

Remarqué pour son dessin élégant, il réalise des illustrations de revues légères comme « PARIS-PLAISIRS » ou « LE SOURIRE». Fréquentant la vie parisienne, il côtoie des personnages célèbres, Michel SIMON, VAN DONGEN, Sacha GUITRY, René BAZIN...Il illustre les contes érotiques que Georges SIMENON écrit à l'époque. Il réalise même deux caricatures du père de Maigret et de son amie du moment : Joséphine BAKER.
Paul DUFAU poursuivra cette profession d'illustrateur et même d'humoriste jusqu'en 1939 pour d'autres revues ( Le Rire, Séduction, Ici Paris, Mon Paris ) et pour les Éditions Hachette et Nelson en littérature enfantine. Hébergé à proximité de Montmartre, il édite aussi des séries de cartes postales de monuments (Le Sacré Cœur, la Place du Tertre, les petites rues agrémentées de petites marchandes de fleurs, l'Arc de Triomphe ), des séries de vélocipèdes ou de calèches.

Mais tout ceci n'enrichit pas son homme et, en 1940, avec son épouse Renée et son fils Michel, il revient en terre d'Aquitaine, où il vient d'hériter de la ferme de « Cat du Mayne ».
A l'heure de la Libération, et tout en poursuivant son art avec des croquis pour les revues « Vogue » et « Le Petit Echo de la Mode », des rééditions pour « Hachette », il devient le peintre-berger, élevant des moutons, des chèvres, des chevaux, cultivant ses champs.

Et pourtant, ses talents ne passent pas inaperçus en Lot-et-Garonne. Il réalise de nombreuses commandes locales, illustrant des programmes, des menus de fêtes, des recueils de poésies de Jacques Raphaël Leygues, Francis Jammes, Sabine Sicaud. Avec Yves Filhol, imprimeur à Villeneuve-sur-Lot, il participe à l'édition des oeuvres récompensées au concours agenais du Jasmin d'Argent.

Le temps passe, Paul Dufau est mainte fois récompensé pour la qualité de son élevage de brebis, et il dessine, il peint toujours, il sculpte aussi..
En 1963, il fréquente la table d'une voisine américaine installée dans un moulin proche de sa ferme. Hélène Anavi, grande collectionneuse d'art contemporain, amie de Balthus, visite son atelier en compagnie de Fleur Cowles, rédactrice du magazine anglais « Queen ». Subjuguées par ce qu'elles y découvrent, elles n'auront de cesse que de le pousser à exposer ses oeuvres. Deux expositions se tiendront à Londres en 1965. Il vendra pratiquement les quarante tableaux présentés. Puis ce sera la Côte-d'Azur, Nice et Cannes…

Mais Paul Dufau, avec l'âge qui s'avance, n'est plus attiré par les lumières de la ville comme du temps de ses vingt ans. A « Cat du Mayne », il retrouve ses moutons, qu'il peint toujours mais il a perdu la finesse de son trait car sa vue baisse. A la fin des années 70, il est pratiquement aveugle.

Paul Dufau, le peintre-berger, quitte sa vallée paisible le deux octobre mil neuf cent quatre-vingt-deux à l'âge de quatre-vingt-quatre ans.

Hervé LAURENT
11 avril 2018

Additional Info

  • Medium: Peintre
  • Map no.: 26
  • Address: Office du Tourisme

Sign-up for our newsletter

Design by Galerie JS, Monflanquin